Les villes intelligentes surfent sur le Big Data

De nombreuses villes européennes n'ont pas attendu le feu vert des autorités centrales pour saisir les opportunités offertes par la technologie et le big data afin d’améliorer la gouvernance ainsi que la vie de leurs citoyens. Un examen plus attentif des villes d’Utrecht et de Santander montre comment les villes intelligentes peuvent servir de modèle.

À Utrecht et à Santander, des plates-formes de données accessibles aux citoyens permettent d'aider les municipalités à localiser et à résoudre les problèmes de la vie quotidienne qui touchent au bien-être des citoyens, tels que les poubelles pleines, les pannes d'éclairage public, la sécurité routière, les cadavres d’animaux, les voitures abandonnées et beaucoup d'autres. Les deux villes font partie d'un groupe de municipalités qui portent une attention particulière aux données et qui se sont engagées à améliorer le quotidien des citoyens grâce à la technologie. Un engagement confirmé par leur statut de pionniers sur un nouveau marché mondial de solutions et de services de gouvernance locale innovants et rentables pour les citoyens.

L'objectif de ce nouveau programme appelé « Front-Runner Smart City » consiste à mettre en place un mécanisme commun de gestion des données qui permette de réutiliser ces dernières, davantage disponibles que par le passé, pour répondre aux besoins actuels des espaces urbains tout en relevant les défis de demain grâce à la flexibilité offerte par les technologies open-source. Cette initiative, dévoilée en novembre 2018, sera présentée pour la première fois au public lors de la conférence annuelle Open & Agile Smart Cities (OASC), le 17 janvier.

Le programme Front-Runner, baptisé « Open APIs for Open Minds » (API ouverts pour esprits ouverts), est cogéré par la FIWARE Foundation, un organisme indépendant soutenu par l'UE qui développe des solutions technologiques intelligentes multisectorielles et par la plus grande association internationale de fournisseurs de services numériques au monde, TM Forum. FIWARE et TM Forum prévoient de collaborer sur un ensemble de normes interopérables, évolutives et reproductibles entre les administrations locales et les frontières nationales. Les représentants des deux organisations prendront la parole lors de la prochaine conférence de l’OASC afin de présenter leur projet commun.

L'initiative est mise en œuvre en partenariat avec l'OASC et concerne, entre autres, les métropoles de Nice Côte d’Azur et Göteborg. Ces deux villes, ainsi qu’Utrecht, sont partenaires du projet IRIS, financé par le Partenariat européen d’innovation sur les villes et les collectivités intelligentes (PEV-SCC). Lancé en 2017, le projet IRIS est l'une des principales initiatives de villes intelligentes financées par l'UE. Il associe les administrations, les entreprises et les citoyens afin d’améliorer la gestion de l’énergie, de la mobilité et des technologies de l'information et des communications (TIC) grâce à des solutions intégrées plus durables et une co-création participative.

Données ouvertes et démocratiques – carburant des villes intelligentes

La technologie Front-Runner de FIWARE-TM Forum s'appuie sur le FIWARE Context Broker intégrant le Next Generation Service Interface (NGSI) de l’API. Le Context Broker a été publié en août 2018 et financé par l'UE dans le cadre de son programme Mécanisme pour l'interconnexion en Europe (MIE), qui vise à créer un marché unique numérique en Europe et à alimenter le Portail européen des données et le portail des données ouvertes de l'Union européenne . FIWARE reçoit à présent des fonds supplémentaires du MIE pour poursuivre son développement et participe également à d'autres initiatives financées par l'UE qui peuvent contribuer à l’évolution de la technologie.

Le fonctionnement et les avantages de l’initiative conjointe de FIWARE et de TM Forum sont triples. Tout d'abord : une gouvernance globale au niveau de la ville. Le modèle de référence FIWARE, basé sur le NGSI de l’API, décloisonne les informations en les regroupant dans une base de données Context Info Management. Cet espace virtuel fournit une image globale de ce qui se passe dans la ville en temps réel en permettant de connecter et de traiter les données des différents services à grande échelle et au bon moment.

Deuxièmement : des modèles de données communs. Associées au modèle de référence de FIWARE, les API ouvertes de TM Forum permettent à des tiers de réutiliser les données publiques pour créer des applications de gouvernance portables qui peuvent donc être rapidement connectées ou remplacées pour s’adapter à chaque écosystème. La portabilité améliore également le partage des meilleures pratiques entre les villes de différents pays.

Troisièmement : l’économie des données. Les villes qui développent les plates-formes numériques deviennent plus attrayantes pour les investisseurs susceptibles de trouver un intérêt à réutiliser les données pour des services commerciaux, créant ainsi des modèles innovants et des marchés multifaces.

Les modèles de données communs des villes intelligentes sont publics et gratuits, sans coûts d'adaptation pour parvenir à une interopérabilité totale entre les systèmes de la ville. Ils sont validés par le biais de projets mis en œuvre dans des villes où une plate-forme alignée sur le modèle défini est déployée au préalable. Les modèles sont considérés comme stables dès qu’un nombre suffisant de villes les ont validés dans la pratique. TM Forum transforme des modèles stables en spécifications formelles, démontrant le soutien du secteur au sens large et des communautés urbaines dans le cadre de son projet Smart City.

« Nos modèles de données sont déployés dans plus de 70 pays et constituent une mise en œuvre de référence pour notre modèle d'information, SID, utilisé par plus de 90% des opérateurs dans le monde », a déclaré Joann O'Brien, vice-présidente de TM FORUM responsable des API et des écosystèmes.

« Nous proposons aux villes de changer leur perception de la gestion », a déclaré Angeles Tejado, responsable marketing senior à la Fiware Foundation. « Les technologies de plates-formes ouvertes assemblées dans un ensemble unique cohérent pouvant être utilisé par une mairie quelconque avec un minimum d'efforts renforceront la confiance des entreprises, des scientifiques et du grand public, tout en protégeant les villes contre le blocage des fournisseurs ».

En effet, les API ouvertes empêchent les fournisseurs de services de raccorder les villes à leurs propres systèmes. La libre concurrence permet à des innovateurs techniques et sociaux talentueux de se lancer et les gagnants seront ceux qui pourront concevoir les meilleurs produits de données interchangeables que les autorités locales ne peuvent pas concevoir par elles-mêmes en raison du manque de compétences et de ressources internes.

More on this

Martin Brynskov, président du conseil d'administration d'Open and Agile Smart Cities (OASC), explique comment la gestion des données alimente les solutions de gouvernance locale et les services citoyens dans cette interview exclusive. 

Villes intelligentes 2.0 : multiplier les avantages dans le monde entier

Les trois précurseurs d’IRIS et d’autres villes ont déjà rejoint le programme FIWARE-TM. On trouve les villes de la Plata (Argentine) et de Montevideo (Uruguay) mais surtout des localités européennes, comme Vienne (Autriche), Saint-Quentin (France), Gênes (Italie), Valence, Santander (Espagne) et Porto (Portugal).

Ces deux dernières villes font également partie des huit communes pilotes qui participent au programme de l’OASC dénommé SynchroniCity. Il s'agit d'une autre initiative phare financée par l'UE regroupant plusieurs partenaires, qui vise à créer un marché numérique unique pour les services urbains basés sur l'Internet des objets (IdO). L'OASC se concentre sur les mécanismes d’interopérabilité minimale (MIM). En 2017, l’API ouverte de TM Forum a été reconnue comme l’une des composantes clés de son marché des villes partagés. En tant que fédérateur de réseaux nationaux regroupant environ 120 villes de 24 pays, l'OASC aidera la Fiware Foundation et TM Forum à renforcer leur couverture géographique en fonction des besoins réels des communautés locales. En effet, le programme Front-Runner est ouvert à toutes les collectivités locales souhaitant collaborer pour définir des modèles de données et développer des plates-formes de publication de données ouvertes compatibles en adoptant l'API de référence FIWARE et les API Open du Forum TM, en coopération avec des partenaires également membres de FIWARE ou TM Forum. Une réunion de lancement avec les villes pionnières a été organisée fin novembre lors du 5ème Sommet FIWARE à Málaga. Des réunions virtuelles et en face-à-face régulières, étendues aux nouveaux venus potentiels, seront programmées pendant les événements TM Forum et FIWARE en 2019. Il est recommandé à toutes les villes de l’UE d'adopter les éléments constitutifs du CECR, tel que le FIWARE Context Broker, afin que leurs infrastructures numériques puissent prendre en charge de manière transparente les services transfrontaliers. 

Le financement de l’UE stimule l'expansion des villes intelligentes

À l'avenir, le programme MIE lancera des appels de proposition ouverts aux administrations publiques pour qu’elles adoptent un élément quelconque de ses éléments constitutifs. L'UE a déjà mis en place un certain nombre de moyens de financement pour aider les municipalités à adopter une gouvernance intelligente.

Avec l'aide du Partenariat européen pour l'innovation dans les villes et les collectivités intelligentes (PEV-CSC), 78 localités européennes ont adopté des changements afin de devenir des « smart cities ». Le PEV-CSC vise une masse critique de 300 villes intelligentes d'ici fin 2019. Lancé en 2012, le PEV couvre six groupes d’action : citoyens ; modèles économiques, finances et achats ; infrastructures et processus intégrés ; planification, politique et réglementation intégrées ; quartiers durables et environnement bâti ; mobilité urbaine durable.

En plus du PEV-CSC, un financement public est proposé pour les villes intelligentes. Dans le cadre du programme de recherche et d'innovation Horizon 2020 de la Commission européenne, 12 projets « Lighthouse » (phares) de villes et de collectivités intelligentes ont été financés au total, pour un montant de 270 millions d'euros, depuis 2014. Parmi les projets lauréats, on retrouve IRIS et SynchroniCity. Ils impliquent les villes Lighthouse et Follower, travaillant ensemble pour mettre en lumière les processus, les technologies et les modèles de gestion afin de transformer les environnements urbains en lieux plus intelligents et plus durables. Les villes Ligthouse doivent apporter un plan prêt à l’emploi. Les villes Follower peuvent alors adapter le plan et utiliser un modèle qui pourrait ensuite être reproduit.

Utrecht : un modèle des services numériques axés sur le citoyen

La ville néerlandaise d’Utrecht offre des exemples vertueux de services numériques centrés sur le citoyen. Ils fonctionnent tous sur la plate-forme ouverte d'innovation urbaine développée dans le cadre du projet IRIS par Civitas (Future City Foundation) , une organisation à but non lucratif en étroite collaboration avec le FIWARE Lab Node aux Pays-Bas.

« Notre plate-forme de données utilise l’API FIWARE et nous continuerons à la développer dans le cadre du projet IRIS en examinant les API du TM Forum dans le cadre du programme Front-Runner », a déclaré Thomas Kruse, responsable de l’innovation stratégique de la mairie d’Utrecht. « Nous avons plusieurs actions, dont un projet visant à aider les personnes handicapées à trouver des places de parking ». L’enrichissement de la mobilité urbaine et de la navigation automobile dans les villes intelligentes est l'un des principaux objectifs du programme Front-Runner du Forum FIWARE-TM.

« Nous avons également lancé le projet Smart Reporting », a déclaré Kruse. Il s’agit d'un projet participatif de suivi des problèmes civiques mis en œuvre à Utrecht et dans de nombreuses autres villes des Pays-Bas. Le tableau de bord en ligne regroupe sur une carte interactive tous les problèmes signalés par les citoyens au cours des deux dernières années, avec de nombreuses options pour zoomer et afficher les détails de chaque rapport. Tout le contenu affiché dans le tableau de bord est également disponible sous forme de données ouvertes . Il comprend en outre des informations sur les commentaires et les corrections apportées par la collectivité territoriale.

Un projet similaire a été mis en place à Santander sous le nom de Pace of the City . « Notre infrastructure de capteurs est basée sur le modèle FIWARE, initialement déployé dans le cadre du projet SmartSantander financé par l'UE, et nous nous sommes engagés à utiliser des normes ouvertes pour les développements futurs », a déclaré Juan Echevarria Cuenca, responsable technique de l'innovation au conseil municipal de Santander.

Surveillance intelligente de l’air pur pour des rues et des citoyens en meilleure santé

À Utrecht, Bike Snifer fait partie des utilisations les plus intéressantes. Il s’agit d’un projet de surveillance de la qualité de l'air permettant aux cyclistes de mesurer les niveaux de pollution dans leur ville et de géolocaliser leur mesure sur une carte interactive.

Ce projet est géré par la province d’Utrecht (dont la ville d’Utrecht est le chef-lieu). La province a deux plans d'action : les pistes cyclables vertes et la qualité de l'air. Ces plans s'appliquent à l’ensemble de la province et, par conséquent, la ville y participe également.

Les capteurs de pollution ont été créés par la société Sodaq. Civitas collecte et stocke les données dans sa plate-forme et les met à disposition sous la forme d'un tableau de bord et de données ouvertes. La carte montre les mesures effectuées avec un capteur spécifique, les différents itinéraires empruntés et le niveau de pollution moyen mesuré par tous les capteurs pour une journée donnée.

Environ 30 personnes ont participé à la phase pilote. Les participants ont utilisé un total de 10 capteurs et ont parcouru environ 8000 km à vélo pendant 6-7 semaines. « Le projet a été réalisé dans un court laps de temps : nous avons commencé début septembre, les capteurs étaient prêts un mois plus tard et on a commencé à suivre les itinéraires des cyclistes le 6 octobre », a déclaré Arjen Hof, fondateur de Civitas. « Le but de la province d'Utrecht était de voir si l'idée allait aboutir à quelque chose. Ils sont maintenant très enthousiastes au vu des résultats et ils veulent étendre le projet, avec plus de capteurs dans une région plus vaste. La ville d’Utrecht elle-même sera probablement plus activement impliquée dans la phase suivante. »

mardi 15 janvier 2019

Traduction:

Déborah Matura | VoxEurop
share subcribe newsletter