Le défi écologique des villes européennes

Le contrôle des émissions de CO2 et la création d'espaces urbains habitables constituent un défi pour l'avenir de l'UE.

La Semaine verte européenne , qui s'est déroulée entre le 21 et le 25 mai, a eu pour thème « Des villes vertes pour un avenir plus vert », alors que 70 % des citoyens européens vivent dans des espaces urbains. À cette occasion, l'UE a adopté de nouvelles règles ambitieuses concernant la gestion des déchets urbains, en fixant comme objectif que 55 % de l'ensemble de ces déchets soient recyclés d'ici à 2025, 60 % d'ici à 2030 et 65 % d'ici à 2035. Un autre objectif consiste à assurer que seulement 10 % ou moins des déchets municipaux soient mis en décharge d'ici à 2035. De même, la collecte séparée des biodéchets deviendra obligatoire à l'horizon 2023. Enfin, l'outil « Semaine verte »  a été créé afin de promouvoir une planification urbaine durable.

À cet égard, Nimègue, désignée capitale verte de l’Europe en 2018, s'est engagée à impliquer les citoyens et les chefs d'entreprise dans ses efforts en vue de créer un environnement urbain sain, afin que la ville devienne neutre en énergie d'ici à 2045 et soit à l'épreuve du changement climatique d'ici à 2050. À cette fin, elle a créé une carte de participation présentant les projets mis en œuvre par ses citoyens dans l'espace urbain.

C'est dans ce contexte que s'inscrit l'indicateur des infrastructures urbaines vertes, mis en place par l'Agence européenne pour l'environnement. Cet indicateur s'appuie sur des critères tels que la proportion et la répartition des zones urbaines vertes, les infrastructures vertes effectives, la compétition pour l'espace sur l'interface entre les zones rurales et les zones urbaines, la typologie des infrastructures vertes dans les villes, ainsi que la note d'information spécifique sur les infrastructures urbaines vertes, qui contient différentes données. Selon Eurostat, le pourcentage de la population urbaine européenne touchée par des problèmes environnementaux varie largement d'un pays à l'autre : 

L'indice européen de la qualité de l'air dans l'atmosphère est un autre indicateur important du niveau de pollution dans les villes ainsi que de la qualité de l'air que respirent les citoyens. L'UE prend cet indice comme référence en vue de récompenser ou non les villes en fonction de leur qualité de l'air. Il est intéressant à ce titre d'observer les différences importantes qui existent entre les taux enregistrés au sein de l'UE et les normes fixées par l'Organisation mondiale de la santé.

mercredi 30 mai 2018

Auteur/s:

Sergio Cebrián

Source/s:

VoxEurop

Traduction:

P. Roy | VoxEurop

News data