La production d’énergie en Europe (et la quantité de gaz à effet de serre qu'elle produit)

Les sources de production d’énergie ont une incidence directe sur le taux d'émission de CO2 ainsi que sur la durabilité environnementale à long terme de ce secteur. Il existe de grandes différences entre les pays de l’UE qui suggèrent que diverses approches doivent être envisagées.

(© Vyacheslav Svetlichnyy/Shutterstock)

De toutes les activités qui émettent des gaz à effet de serre, la production d’énergie engendre les émissions les plus importantes en équivalent CO2.

Les sources d'énergie renouvelables sont, de manière générale, préférables aux énergies fossiles car leurs émissions ont moins d’impact sur l'atmosphère et leurs matières premières sont plus accessibles. Cela rend les énergies renouvelables plus durables sur le long terme. 

Ces dernières années, l’UE a donc activement encouragé une transition des énergies fossiles vers des énergies renouvelables. Mais comment les pays européens produisent-ils leur énergie ?

La Plateforme de Transparence, gérée par le Réseau européen des gestionnaires de réseau de transport d’électricité (ENTSO-E en anglais) a publié des données permettant d'analyser la capacité énergétique en place dans les différents pays européens.

Le graphique montre la capacité en mégawatt des systèmes énergétiques au sein de plusieurs pays, en distinguant 21 technologies différentes.

Ces données originales sont présentées de manière hiérarchique afin de comparer les pays, l'énergie produite par les combustibles fossiles, les sources d'énergie renouvelables ou l'énergie nucléaire. Il existe également des différences nationales dans les technologies ou les carburants spécifiques utilisés.

La composition des sources d'approvisionnement en énergie varie considérablement d'un pays à l'autre. Une grande partie des États membres produit principalement de l'énergie à partir de combustibles fossiles comme le charbon en Pologne et en République tchèque, ou le méthane en Italie et aux Pays-Bas. D'autres, comme la France, dépendent beaucoup moins des combustibles fossiles et s'appuient principalement sur l'énergie nucléaire. En Suède, la capacité énergétique provenant de sources renouvelables représente près des deux tiers du total requis.

Ces différences, en plus d’indiquer quel État membre est le plus vertueux en termes de production d'énergie, suggèrent à quel point il est difficile pour les institutions européennes de réglementer cette industrie. Ce n'est pas une coïncidence si les questions environnementales représentent un quart de toutes les procédures d'infraction ouvertes par la Commission européenne contre les États membres.

La politique de transition énergétique se heurte encore à de nombreux obstacles, dont font notamment partie les subventions publiques et les investissements privés dans l'industrie des combustibles fossiles, ainsi que la liberté substantielle de polluer accordée aux grands groupes industriels du secteur.

Traductions disponibles
vendredi 22 janvier 2021

Auteur/s:

Ornaldo Gjergji

Source/s:

OBC Transeuropa

Traduction:

R. Baleynaud | VoxEurop
share subcribe newsletter