Que veulent les travailleurs ?

Comment les agents sur le marché du travail évaluent-ils selon différentes perspectives de carrière ? Le dernier sondage Randstad Employer Brand Research met en lumière les tendances et les comportements clés au niveau mondial et européen.

Photo: IAEA Imagebank/Flickr – CC BY-SA 2.0

En juillet, Randstad a publié un rapport de recherche sur l’image de marque des employeurs mondiaux en 2019. Il présente les résultats d’une enquête mondiale axée sur des entrevues menées auprès de 200 000 adultes en âge de travailler dans 32 pays. L’enquête vise à comprendre le comportement stratégique des agents sur le marché du travail. Randstad, une multinationale spécialisée dans les ressources humaines, affirme que l’étude couvre 75 % de l’économie mondiale.

En termes de méthodologie, la population de l’échantillon est âgée de 18 à 65 ans et est représentative de chaque sexe. Bien que la cohorte des 25 à 44 ans soit surreprésentée, la population de l’échantillon comprend des étudiants, des employés et des chômeurs. Les entrevues ont été menées en ligne entre décembre 2018 et janvier 2019.

Donnez-moi une raison

La question de recherche au cœur de l’enquête tente de cerner les raisons qui poussent les gens à accepter des offres d’emploi. Dans cette optique, on a donné aux personnes interrogées un ensemble de "raisons hypothétiques" à partir desquelles elles pouvaient choisir leurs principales priorités.

En nous concentrant sur les États membres de l’Union européenne, nous avons créé deux graphiques. Le graphique 1 met en évidence les priorités des travailleurs de chaque pays lors du choix d’un nouvel employeur. Dans le graphique 2, nous inversons les variables afin de montrer comment les travailleurs des États membres diffèrent dans les priorités choisies.

Les salaires et les avantages sociaux attrayants sont les priorités principales dans tous les pays, à l’exception notable de l’Italie et de la Suède. Dans ces deux États membres, ces priorités sont respectivement troisième et cinquième du classement, derrière d’autres priorités telles qu’"une atmosphère de travail agréable" et "l’équilibre entre le travail et la vie personnelle". Ce résultat est assez remarquable compte tenu des contextes économiques et culturels très différents.

Sur le deuxième graphique, nous voyons que l’Espagne est le pays où l’équilibre travail-vie personnelle est le plus valorisé. La "sécurité de l’emploi" est relativement plus importante au Luxembourg et en Allemagne que dans d’autres pays.

Randstad fournit bien d’autres informations sur le raisonnement stratégique des travailleurs. Par exemple, ils signalent qu’au niveau mondial, "près de 7 travailleurs sur 10 renonceraient à une partie de leur salaire en échange d’une certitude d’emploi".

Un autre angle intéressant à travers lequel les données peuvent être analysées est la perspective intergénérationnelle. Randstad affirme que "les baby-boomers accordent plus d’importance à la sécurité d’emploi", et que "les “milléniaux” sont plus disposés à renoncer à une partie de leur salaire pour profiter d’une meilleure sécurité d’emploi".

Selon les auteurs de l’étude, "cette préférence peut être due à des facteurs tels que l’incertitude économique mondiale, la transformation numérique et l’augmentation de la robotisation du travail et de l’intelligence artificielle".

mardi 30 juillet 2019

Source/s:

VoxEurop

Traduction:

Pawel de la Bassetière | VoxEurop
subcribe newsletter