Le cash a encore de beaux jours devant lui

Le 27 janvier 2019 marque l’arrêt de l’impression de billets de 500 euros par la Banque centrale européenne (BCE). Est-ce un élément de plus vers une économie sans cash ? Pas vraiment, pour l’instant en tout cas. Au grand dam de tous ceux qui poussent pour que les paiements électroniques prennent une place accrue. Une évolution qui n’est pas sans danger.

A la fin 2018, la valeur totale des billets en euros atteignait 1231 milliards, soit l’équivalent d’environ 8 % du PIB de la zone. Parmi ceux-ci, on trouve un peu plus de 520 millions de coupures de 500 euros, soit près de 2,5 % du nombre de billets et 21 % de la valeur des billets en circulation. En fait, compte tenu d’une faible demande, les banques centrales de la zone n’ont plus émis de billets de 500 euros depuis 2014. Auparavant, elles en avaient produit de manière épisodique (2004, 2005, 2007, 2009, 2010), alors que les billets de valeur de 5 à 100 euros sont pratiquement produits chaque année depuis 2002. Au final, la circulation de billets ne cesse de progresser dans la zone euro.

Si les paiements par carte de crédit sont en forte progression, ils restent encore très loin de détrôner le cash. Selon une enquête de la BCE portant sur les pratiques de 2016, les Européens ont réalisé cette année-là 157 milliards de transactions sur des points de vente : 79 % ont été payées en cash, 19 % en cartes (dont 1 % selon la modalité sans contact), le reste avec des supports divers (chèques, mobiles…). Le cash reste également majoritaire en termes de valeur des paiements : 54 % contre 39 % pour les cartes.

L’enquête montre que le comportement vis-à-vis du cash ressort plus de considérations nationales que du niveau d’éducation. Ainsi, lorsque les Européens détiennent en moyenne 65 euros dans leur portefeuille, les Allemands en ont en moyenne plus de 100 et les Français 32.

De manière générale, les Français paraissent atypiques au sein de l’Union par leur faible utilisation des espèces : elles représentent 68 % du nombre des transactions en magasins, ce qui nous place au 13ème rang sur 19 pays, et seulement 28 % de la valeur des transactions, ce qui nous situe à l’avant-dernier rang après les Pays-Bas. Nos transactions en cash affichent le niveau le plus bas avec le Portugal, 7,50 euros en moyenne.

Le cash progresse au niveau mondial

La place importante du cash n’est pas une spécificité européenne même si les cartes bancaires sont bien plus présentes ailleurs dans le monde. Selon les données de la Banque des règlements internationaux (BRI), si les paiements par carte sont supérieurs aux paiements en espèces, on note une progression des deux types de moyens de paiement. Ainsi, entre 2000 et 2016, la valeur des paiements par cartes est passée de l’équivalent de 13 % à 20 % du PIB mondial et celle des paiements en espèces de 7 % à 9 % du PIB.

Comme en Europe, les comportements sont très différents selon les pays. Les cartes de crédits ne comptent que pour environ 10 % des règlements en Allemagne et au Japon contre plus de 40 % en Corée du Sud ou au Royaume-Uni.

En fixant la différence entre billets à faible et à haute dénomination à 75 dollars, la BRI montre que c’est la demande de hautes dénominations qui pousse la demande de billets. Il semble que cette progression soit essentiellement due à un comportement de thésaurisation de la part des populations des pays développés depuis la crise de 2007-2008.

En Europe, un quart des personnes interrogées déclarent détenir du cash chez elles pour un motif de précaution (avec là encore une part très faible en France, soit 15 %). Et environ un tiers des billets en euros sont détenus par des populations situées en dehors de la zone euro, rappelle la Banque de France, qui soutiennent la demande.

Argent sale

Dès que l’on parle d’espèces, surtout de haute dénomination, on pense tout de suite aux valises de billets et à leur utilisation pour les affaires de blanchiment ou de fraude fiscale (voir par exemple ce débat sur France Culture ). Si le transport d’espèces n’a pas disparu en la matière, le transfert opaque d’argent à l’étranger ne réclame pas de le déplacer physiquement mais juridiquement : les stratégies d’optimisation fiscale agressive visent justement à transférer le droit de propriété sur des revenus ou un patrimoine dans des pays où le bénéficiaire effectif sera dissimulé et l’argent peu contrôlé et peu taxé.

Peut-être que le passage au nouveau standard d’échange automatique d’informations fiscales – dès qu’une personne réalise une transaction financière dans un pays étranger, le fisc de son pays d’origine en est informé – poussera à dissimuler les traces électroniques des transactions en revenant aux petits carnets pour les enregistrer et aux transferts physiques d’espèces pour les faire circuler. Dans ce cas, la baisse de la mise à disposition des grosses coupures irait dans le bon sens, rappelons qu’un million d’euros en billets de 500 ne pèse qu’un peu plus de 2 kilos !

A qui ça profite ?

Mais l’enjeu des paiements en espèces dépasse le simple cadre de l’argent illégal. Le journaliste financier allemand Norbert Haering pointe deux dérives importantes possibles à la diminution de l’utilisation du cash.

D’un côté, les paiements en espèces anonymes ne servent pas que les mafieux : à l’heure des GAFA, ils restent la partie de notre vie qui n’est pas enregistrée et disséquée à des fins commerciales. Cela n’a pas échappé au géant du commerce en ligne qui a ouvert il y a peu son premier Amazon Go : une supérette où l’on met les produits dont on a besoin dans son sac, la technologie assure la reconnaissance de tous nos achats et le prélèvement sur notre compte sans avoir rien à débourser dans le magasin.

Au-delà, le journaliste a été surpris de constater la succession d’annonces de gouvernements de pays du Sud affirmant vouloir en finir avec le cash, du Malawi au Nigéria en passant par les Philippines, etc. En fait, Banque mondiale et Fonds monétaire international (FMI), ainsi que l’USAID, l’agence de coopération gouvernementale américaine, poussent en ce sens dans le cadre d’une alliance, la Better Than Cash Alliance , initiée par des géants comme Mastercard, Visa, Citibank ou PayPal afin de développer les paiements électroniques et d’accroître ainsi largement leur marché et leurs bénéfices.

Une évolution qui passe dans chacun des pays par la constitution de bases de données biométriques dans lesquelles les populations sont enregistrées à des fins d’inclusion financière, bases qui sont également constituées pour établir des listes électorales fiables , deux objectifs louables mais qui dans les deux cas fournissent également un moyen de contrôle des populations. La Chine s’appuie déjà sur ce genre de technique pour noter les bons et les mauvais citoyens… Avec la disparition totale des espèces, c’est aussi un espace de liberté individuelle qui partirait en fumée.