Le Brexit fait fuir les agents de santé européens installés au Royaume-Uni

Un nombre croissant d’Européens travaillant pour le système de santé britannique le quittent en conséquence du référendum sur l’appartenance du Royaume-Uni à l’UE.

Photo: Duncan Hull/Flickr

Le nombre de travailleurs européens rejoignant le système de soins public britannique (National Health Service, NHS) a chuté de 18% l’année dernière, alors que celui des travailleurs quittant le NHS a augmenté de 19,6%, selon les dernières statistiques publiées.

Les données ne concernent que l’Angleterre et comparent les périodes de septembre à septembre. La dernière période analysée se situe entre septembre 2016 et septembre 2017, la première année complète après le référendum de juin lorsque les Britanniques ont décidé de quitter l’Union européenne.

En termes absolus, c’est la première année depuis 2012 que le nombre de travailleurs venant de l’UE pour rejoindre le NHS anglaise est plus faible que celui de la période précédente.

Cette tendance diffère tout de même d’un pays d’origine à l’autre. Durant la dernière période, les ressortissants de la Croatie, d’Espagne et d’Estonie ont connu les plus fortes baisses de nouvelles recrues dans les rangs du système de santé anglais, alors que ceux de l’Italie, de l’Islande et de la Lettonie ont enregistré les augmentations les plus importantes du nombre de « désertions » du NHS.

Le personnel européen représente 5,6 % de tous les salariés du NHS, qui est le premier employeur au Royaume-Uni.

Le débat autour des dépenses du NHS et les paiements versés à l’UE était l’un des principaux sujets de campagne avant le référendum sur l’UE et reste jusqu’à présent un problème majeur dans les négociations sur le Brexit.

Différentes institutions médicales du Royaume-Uni ont souligné que les soins des patients devaient être protégés dans le futur accord. Le Brexit Health Alliance (Alliance de santé du Brexit) a prévenu qu’un scénario sans entente aura des conséquences « graves » pour les patients.

Le personnel de santé est l’un des enjeux majeurs. « À court et moyen terme », a déclaré Danny Mortimer, directeur général de NHS Employers, « il n'est tout simplement pas faisable ou réaliste de répondre à nos besoins par le seul moyen des recrutements nationaux ». L’institution a félicité le gouvernement du Royaume-Uni pour sa décision de protéger les droits des citoyens de l’UE habitant les îles britanniques, mais il a également averti qu’un système d’immigration « flexible » devait être garanti.

mardi 29 mai 2018

Auteur/s:

Carmen Aguilar

Source/s:

VoxEurop

Traduction:

F. Schneider | VoxEurop

News data