L'hostilité des nationalistes à l'égard des minorités religieuses en hausse en Europe

Selon une étude récente du Pew Research Center, "2016 a vu une augmentation des activités nationalistes dans le monde entier", et en particulier en Europe.

Photo: luckyfotostream/Flickr

Dans sa neuvième étude annuelle sur les restrictions mondiales en matière de religion , le Pew Research Center a vérifié comment les acteurs gouvernementaux - partis politiques ou fonctionnaires individuels - ainsi que les organisations nationalistes non gouvernementales - utilisaient la rhétorique nationaliste, et souvent anti-immigrés ou anti-minorités, pour cibler les groupes religieux dans leur pays en 2016.

Les partis et groupes politiques identifiés comme "nationalistes" dans le rapport "ont été explicitement décrits dans certaines sources comme étant nationalistes, ou ayant adopté des vues anti-immigrés ou anti-minorités aboutissant à leur classification comme nationalistes". Le think tank américain conclut que "2016 a connu une hausse des activités nationalistes dans le monde entier".

Ce phénomène est particulièrement courant en Europe. Selon l'étude, "environ un tiers des pays européens (33 %) ont des partis nationalistes qui ont fait des déclarations politiques contre les minorités religieuses - contre 20 % des pays en 2015 ".

Dans l'ensemble, le rapport indique que "les musulmans ont été la principale cible du harcèlement de la part des partis politiques nationalistes ou des fonctionnaires en 2016, généralement sous la forme de déclarations dénigrantes ou de politiques hostiles".

Les partis nationalistes ont également ciblé les juifs, les chrétiens et les membres d'autres confessions minoritaires: "En Bulgarie, les Témoins de Jéhovah ont fait état d'une campagne en cours contre leur religion par deux partis nationalistes qui, ensemble, forment l'alliance politique du Front patriotique au sein de l'assemblée nationale. Et, en Suède, les représentants du Parti démocrate suédois ont tenu des propos antisémites et anti-musulmans à de multiples reprises au cours de l'année écoulée.

Les idéologies nationalistes ne sont pas propres aux seuls gouvernements, souligne l'étude: Le nombre de pays où les organisations non gouvernementales nationalistes (par opposition aux acteurs gouvernementaux, tels que les titulaires de postes ou les partis politiques ayant un rôle dans le gouvernement) ayant ciblé des groupes religieux a également augmenté en 2016.

La majorité des groupes sociaux affichant ce type d'activité nationaliste ou anti-immigrés et anti-minorités - 25 sur 32 - " se trouvaient dans des pays européens, dont le Royaume-Uni, l'Irlande et la Hongrie ". Dans ces pays, "les minorités religieuses ont souvent été la cible de manifestations, de commentaires publics dénigrants ou d'actes violents de la part de groupes nationalistes".

Dans les pays européens, les musulmans étaient la cible des groupes nationalistes dans 20 des 25 pays européens où ces types de groupes étaient actifs, tels que la France, l'Allemagne, l'Irlande, la Finlande ou l'Estonie.