Dans quels pays les pass Interrail ont le plus de succès ?

Le nombre de pays dans lesquels de nombreuses candidatures de jeunes qui veulent découvrir l'Europe ont été enregistrées est faible. Proportionnellement, c’est à Malte, au Portugal et en Irlande que le projet a suscité le plus grand intérêt.

Photo: DiscoverEU

Grâce au pass Interrail, on peut faire le tour de l’Europe en voyageant par voie ferrée dans 30 pays et rester dans chaque ville le temps qu’on souhaite. Précisément 14 500 jeunes Européennes et Européens auront à nouveau l’occasion de profiter gratuitement de cette possibilité cet été. Ils se sont portés candidats à la deuxième édition de l’initiative de l’UE DiscoverEU et viennent d’être informés du fait qu’il ont remporté un pass Interrail. Les candidatures suivantes pourront être déposées à partir de l’été.

Quatre mois avant les élections européennes, ce tirage au sort donne un aperçu de l’engouement pour l’UE chez les jeunes. Le nombre de pays dans lesquels de nombreuses candidatures de jeunes qui veulent découvrir l'Europe ont été enregistrées est faible.

En chiffres absolus, l’Allemagne, en tant que pays dont la population est la plus nombreuse, est naturellement en tête du classement. Pas moins de 14 300 jeunes y avaient postulé.

Mais une toute autre image ressort si l’on compare le nombre de demandeurs à celui des jeunes de 18 ans dans le pays en question – les seuls qui pouvaient y participer. Proportionnellement, c’est à Malte, au Portugal et en Irlande que le projet a suscité le plus grand intérêt. A Malte, il y avait 93 candidats pour 1000 jeunes de cet âge – un record !

En Grèce et en Lituanie, la demande était également importante. En termes relatifs, l’Allemagne se situe en milieu de tableau avec 19 personnes intéressées pour 1000 jeunes. En bas de classement : les Pays-Bas, le Danemark, la Belgique et le Royaume-Uni qui s’apprête à quitter l’UE.

A décharge de certains Etats : le tableau de la première édition était quelque peu différent. L’année dernière, l’intérêt des jeunes était encore nettement plus élevé aux Pays-Bas, au Danemark et en Belgique pour ne citer que ces exemples.

Mais certaines tendances se sont maintenues : l’intérêt important en Irlande, en Italie et en Lettonie, moyen en Allemagne et limité en France et en Roumanie, ainsi qu’au Royaume-Uni qui tourne totalement le dos à l’initiative.

La perte de vitesse de l’initiative DiscoverEU est en partie représentative des résultats des études sur le soutien des jeunes à l’intégration européenne. Ainsi, le sondage Eurobaromètre standard de l’année dernière montre que seuls 59% des jeunes britanniques estiment que l’appartenance à l’UE est plus avantageuse que la sortie de l’UE. A titre de comparaison, ils sont 72% au Portugal. Les chiffres de l’étude concernent les 15-24 ans.

Une nette majorité des jeunes sont favorables à l’intégration. C’est ce que montrent également l’étude sur la jeunesse « Jeune Europe », que l’institut de sondage YouGov a menée pour la seconde fois pour le compte de la fondation TUI. L’enquête d’opinion a révélé que c’est au Royaume-Uni et en Grèce que l’UE bénéficie du soutien le moins prononcé.

Sur certains points, les deux études arrivent à des conclusions opposées à l’idée de retour en arrière que pourrait suggérer l’initiative DiscoverEU. Ainsi, selon l’enquête Eurobaromètre standard, l’UE bénéficie d’une image positive parmi 66% des jeunes en Allemagne, qui se place juste derrière le Portugal, le leader du classement (avec 1 point en plus). En Espagne et en Grèce, ils ne sont respectivement que 36 et 39%. En Italie, au contraire, ils sont 48% à associer l’UE à une idée positive.

Dans son ensemble, l’intérêt pour le tirage au sort d’Interrail a connu un net déclin : alors qu’ils étaient plus de 100 000 l’an passé, seuls 79 000 jeunes voulaient y participer lors de la seconde édition. Moins de jeunes étaient sans doute au courant de cette deuxième session.

mardi 15 janvier 2019

Source/s:

Spiegel Online

Traduction:

Frédéric Schneider | VoxEurop

News data