Coût du logement en Europe : il est temps de renverser la tendance

Le 1er octobre, l’Observatoire européen du logement a publié son dernier rapport « L’état du logement dans l’UE ». Alors que la crise du logement continue de toucher les citoyens européens, les pouvoirs publics nationaux et européens ne prennent aucune mesure concrète.

Photo: Pxhere (CC0)

Le 1er octobre, l’Observatoire européen du logement a publié son dernier rapport « L’état du logement dans l’UE ». Alors que la crise du logement continue de toucher les citoyens européens, les pouvoirs publics nationaux et européens ne prennent aucune mesure concrète.

Si l’on prenait en compte le coût du logement pour estimer le nombre de personnes menacées de pauvreté en Europe, ce dernier s’élèverait à 156 millions de personnes. C’est l’une des statistiques critiques décrivant la situation du logement sur le Vieux Continent.

En attendant, ce sont principalement les locataires logés au prix du marché qui souffrent le plus du coût du logement. Mais l’impact du coût du logement doit également être analysé du point de vue de la classe sociale : en 2017, 37,8 % des ménages vulnérables et à faible revenu ont consacré plus de 40 % de leur revenu disponible à cette dépense.

De plus, c’est principalement dans les villes que l’accès au logement social est difficile : il n’y a que dans deux des 28 capitales de l’UE où la majorité des gens affirment qu’il est facile de bien se loger à un prix raisonnable. La carte suivante montre la part de logement social dans 18 pays de l’UE.

Que peut-on faire pour rompre avec cette tendance négative ? Selon l’Observatoire européen du logement, les principes du « logement responsable » devraient conduire à un processus d’innovation concernant « les services destinés aux résidents et aux communautés locales, les pratiques de collaboration, les types de régimes et de contrats utilisés sur le marché, ainsi que les techniques de construction et de rénovation ».

En mai 2019, les dirigeants de l’UE ont sollicité Bruxelles pour « aider les États membres à garantir le bon fonctionnement des marchés du logement et la fourniture de logements sociaux ». Selon Cédric Van Styvendael, président de l’Observatoire européen du logement, les politiques du logement devraient devenir « le vecteur de la mise en œuvre du pilier européen des droits sociaux ».

Une réunion spéciale de l’Observatoire européen du logement, centrée sur « Le logement dans l’UE après 2020 », met en lumière les problèmes auxquels les jeunes générations sont confrontées. Les données d’Eurostat montrent qu’en moyenne, plus de 47 % des jeunes adultes âgés de 18 à 34 ans habitent avec leurs parents depuis le début de la crise.

La députée européenne Elisabetta Gualmini, qui est intervenue lors de l’événement organisé par l’Observatoire européen du logement, a déclaré que « le logement et l’inclusion sociale sont liés et étroitement associés au bien-être de chaque citoyen, en particulier de la jeune génération ».

Alors que le nombre de personnes propriétaires de leur logement et âgées de plus de 65 ans a augmenté au cours des dix dernières années, il a stagné voire même parfois reculé en ce qui concerne les autres classes d’âge.

De plus, le coût du logement est écrasant pour 2 jeunes sur 5 menacés de pauvreté, tandis que parmi les jeunes à faible revenu, ils sont 4 sur 10 à vivre dans un environnement surpeuplé. Ce chiffre s’élève même à 7 sur 10 en Roumanie, en Slovaquie et en Bulgarie.

mercredi 02 octobre 2019

Source/s:

VoxEurop

Traduction:

Barbara Zak | VoxEurop

Data source: Housing Europe Observatory , 2019

share subcribe newsletter