L’écart entre les sexes ne se ressert pas

Au cours des dix dernières années, le taux de chômage des femmes s’est progressivement rapproché de celui des hommes, mais ici aussi, la parité se fait attendre.

Selon les dernières données d’Eurostat, le nombre de chômeurs s’élevait à 18,116 millions dans l’UE en novembre 2017. Il a chuté de 2,133 millions par rapport à novembre 2016.

Les taux de chômage les plus faibles ont été enregistrés en République tchèque (2,5 %), à Malte et en Allemagne (3,6 % pour chacun de ces pays). Si le taux de chômage est le plus élevé en Grèce (20,5 % en septembre 2017) et en Espagne (16,7 %), c’est également la Grèce qui a connu la plus forte baisse (de 23,2 % à 20,5 %), suivie du Portugal (de 10,5 % à 8,2%), de la Croatie (de 12,5 % à 10,4 %) et de Chypre (de 13,1 % à 11 %).

3,698 millions de jeunes de moins de 25 ans sont à la recherche d’un emploi ; une chute de deux points de pourcentage par rapport à novembre 2016, à 16,2 %. Les taux les plus faibles ont été enregistrés en République tchèque (5 %) et en Allemagne (6,6 %), alors que la Grèce (39,5 %), l’Espagne (37,9 %) et l’Italie (32,7 %) sont les pays les plus confrontées au problème du chômage des jeunes.

Les statistiques montrent par ailleurs que l’écart entre les sexes se ressert en ce qui concerne le nombre de chômeurs et le taux de chômage. Si la première tendance s’est poursuivie durablement, ce dernier s’est à nouveau creusé depuis l’été 2015, pour atteindre 0,4 points en défaveur des femmes en décembre 2017, notamment en raison d’un taux de chômage des femmes nettement plus marqué dans les pays du sud de l’Europe.

jeudi 18 janvier 2018

Source/s:

VoxEurop

Traduction:

Frédéric Schneider | VoxEurop

Stats Monitor news