Les jeunes en Europe sont favorables à une plus grande intégration et à une plus grande participation politique

La fondation TUI, une organisation allemande soutenant des projets liés à la "Jeune Europe", a publié l'étude "Jeune Europe 2019", qui met en lumière les opinions des citoyens européens de 16 à 26 ans sur le processus d'intégration.

En quoi consiste cette étude ?

Selon l'étude Young Europe 2019 , "asile et migration", "protection de l'environnement" et "politiques économiques" sont les principales priorités des jeunes Européens vivant dans 11 pays de l'UE. Les nouvelles générations considèrent qu'elles sont mieux représentées dans les parlements nationaux que dans l'organe législatif de l'UE. Néanmoins, au moins 60 % des citoyens interrogés voteraient pour "rester" lors d'un référendum hypothétique sur leur départ de l'Union. Dans le même temps, il apparaît que dans des pays comme la France, l'Espagne et l'Italie, le soutien à l'adhésion à l'UE a diminué par rapport aux niveaux de 2018. C'est en Espagne, en Grèce et en Italie que la proportion de jeunes ayant une identité européenne est la plus élevée.

Pourquoi nous l'aimons

En se concentrant sur une cohorte d'âge spécifique, le rapport TUI dresse un tableau exhaustif de l'identité, des opinions politiques, des craintes et des aspirations des nouvelles générations en Europe. En tant que telle, l'analyse est unique en son genre et mériterait beaucoup d'attention de la part des dirigeants politiques, pour ne pas parler de la société civile dans son ensemble. Le rapport souligne que les jeunes se sentent plus européens que la population en général. Fait remarquable, cela vaut également pour les pays qui, au cours des dernières années, ont fait les manchettes de la montée des forces eurosceptiques et des coalitions au pouvoir, comme l'Italie.

Traductions disponibles
mercredi 08 mai 2019

Source/s:

VoxEurop
share subcribe newsletter