Qualité de l’air et mobilité : Greenpeace classe les villes européennes

Greenpeace vient de publier, en partenariat avec l’Institut Wuppertal, son premier classement des villes européennes les plus vertueuses tant en matière de mobilité que de lutte contre la pollution de l’air.

Greenpeace vient de publier, en partenariat avec l’Institut Wuppertal, son premier classement des villes européennes les plus vertueuses tant en matière de mobilité que de lutte contre la pollution de l’air. Ce classement prend en compte cinq critères : Qualité de l’air ; transport en commun ; sécurité pour les cyclistes et les piétons ; restrictions faites aux voitures et incitations à la mobilité ; mobilités actives. 

Copenhague arrive en tête du peloton, décrochant une première place (ex-aequo) en matière de sécurité pour les cyclistes et les piétons, une première place pour les restrictions faites aux voitures et incitation à la mobilité, et une deuxième place (ex-aequo) pour la qualité de l’air. Mais “même Copenhague n’est pas parfaite” souligne le rapport, qui précise que si “la ville s’en sort très bien pour encourager la marche à pied, (elle) pourrait aller encore plus loin sur les transports en commun pour faire en sorte que plus de gens les préfèrent à la voiture”.  

Amsterdam, “avec plus de vélos que d’habitants”, arrive en deuxième position. Le rapport rappelle que “c’est seulement suite à des manifestations, en réaction à un nombre d’accidents dus au trafic routier, que la ville a été repensée pour favoriser le vélo et la marche”. La ville, qui arrive seulement 6e pour la qualité de l’air, “a encore des progrès à faire pour faire baisser la pollution de l’air autour des axes les plus fréquentés, qui dépassent eux aussi les normes européennes de qualité de l’air”.  

Viennent ensuite Oslo, Zurich et Vienne. Paris se classe 7ème sur 13 de ce classement – 12e sur le plan de plan de la qualité de l’air –, “avec encore beaucoup d’efforts à faire pour réduire la place de la voiture, développer l’utilisation du vélo au quotidien et devenir plus respirable (...) En France, la pollution de l’air est la troisième cause de mortalité, juste derrière le tabac et l’alcool”, pointe Greenpeace. L’ONG rappelle que seulement 3 % des déplacements se font à vélo à Paris, contre 29 % à Copenhague et 32 % à Amsterdam.

mercredi 23 mai 2018

Source/s:

VoxEurop
share subcribe newsletter