Les eurodéputés sur Twitter : aperçu d'un débat européen transnational

Une étude basée sur les données de Twitter met en évidence des niveaux distincts d'interaction entre les députés européens avant la campagne électorale européenne.

Une étude basée sur Twitter menée par l'observatoire EuVisions analyse dans quelle mesure les députés européens de différents pays et de différentes appartenances politiques interagissent avec leurs collègues au-delà des frontières. L'article de recherche, qui s'appuie sur les réponses et les retweets de Twitter, vise à faire la lumière sur l'état de l'art d'un débat européen transnational tant attendu.

Pourquoi nous l'aimons

Cette histoire de données fournit une nouvelle perspective sur le comportement des députés européens dans la sphère publique en ligne.

Les données révèlent que les politiciens des différentes régions d'Europe se comportent différemment, les députés européens d'Europe de l'Est s'adressant relativement plus à d'autres pays que l'inverse. En outre, les eurodéputés allemands se distinguent par le fait qu'ils sont ceux qui suscitent le plus de réactions de la part d'autres nationalités en termes absolus - un élément qui peut être interprété comme un indicateur du rôle central de l'Allemagne sur le plan politique.

Si l'on considère la partisanerie, en termes absolus et relatifs, les députés des groupes PPE arrivent en tête du classement des interactions dirigées vers l'étranger. Surtout, le GUE/NGL est le deuxième en termes relatifs. Les forces nationalistes, telles que celles appartenant aux groupes EFDDD et ENF, sont celles qui s'engagent le moins dans les interactions transnationales.

mercredi 13 février 2019

Source/s:

VoxEurop
share subcribe newsletter