"La vérité que je veux entendre" : une analyse des sites d'information partisans et alternatifs en Europe

Le journaliste britannique Nic Newman a fait l’analyse d’une étude réalisée dans le cadre du Digital News Report 2018 de l'Institut Reuters sur les sites d'information en Europe qui ont ou qui soutiennent un agenda politique et une position idéologique explicite.

De quoi traite ce travail

En juin dernier, l'Observatoire européen du journalisme (OEJE) a publié une analyse du journaliste britannique Nic Newman sur la presse alternative et partisane en Europe, à partir d'une comparaison avec l'expérience américaine. L'analyse fait partie du Digital News Report 2018 du Reuters Institute for the Study of Journalism, qui s'est concentré en 2018 sur l'information par le biais des nouveaux médias.

Le travail prend en considération les sites qui ont une position idéologique et un point de départ fort, mais qui ne produisent pas nécessairement des nouvelles fausses ou manipulées : il s’agit des médias en ligne dont la diffusion passe par les réseaux sociaux. Parmis ces sites, on retrouve l'américain (avec des versions européennes) Breitbart, les anglais The Canary, Evolve Politics et Another Ungry Voice, de l'allemand Junge Freiheit et Politically Incorrect News, de l'autrichien Unzensuriert (Uncensored) ou du tchèque Parlamentnilisty.cz.

Les travaux, menés à travers une enquête dans 10 pays européens (dont l'Allemagne, la Pologne, le Royaume-Uni, l'Espagne, l'Autriche, la République tchèque et la Suède), mettent en évidence comment, là encore, l'influence de ce type de presse est plus forte aux Etats-Unis qu'en Europe : aux Etats-Unis, d'ailleurs, ce type de sites sont principalement liés aux différentes galaxies de droite, alors que dans les pays européens analysés, les positions idéologiques sont plus diverses. Qu'ont en commun les utilisateurs de ces sites ? Le manque de confiance dans l'information grand public, à laquelle cette galaxie de sites se présente comme une alternative.

Pourquoi nous l'aimons

En combinant les informations de l'enquête avec les idées politiques des personnes interrogées (une échelle de cinq points de gauche/droite) et l'utilisation que les utilisateurs font de différents sites Web (hebdomadaire), l'enquête permet de suivre le profil idéologique des utilisateurs.

Si la division classique droite gauche s'applique à la plupart des sujets traités, elle est en revanche mise de côté sur les questions relatives à l'immigration et à l'arrivée en Europe de populations "étrangères" qui s'installent sur le territoire : ces questions, en plus de réunir un large public, sont souvent, comme dans le cas de certains pays d'Europe centrale et orientale, soutenues par des visions gouvernementales populistes. L'analyse montre également que les lecteurs de la presse dite "traditionnelle" sont assez proches du "centre" de l'éventail politique des personnes interrogées.

mercredi 18 juillet 2018

Source/s:

VoxEurop
subcribe newsletter