Comment la Chine achète son chemin vers l'Europe

Sur la base de données relatives aux fusions et acquisitions, aux investissements et aux opérations de joint-venture, Bloomberg examine l'empreinte diffuse mais croissante de la Chine en Europe au cours des dix dernières années.

En quoi consiste ce travail

Cette analyse complète retrace la croissance des investissements chinois en Europe, en soulignant comment ceux-ci ont été répartis entre les différents secteurs économiques et les différents pays européens, depuis les infrastructures critiques en Europe de l'Est et du Sud jusqu'aux entreprises de haute technologie à l'Ouest.

Depuis 2008, des entreprises chinoises soutenues par l'État et des entreprises privées ont participé à des transactions d'une valeur d'au moins 255 milliards de dollars sur l'ensemble du continent européen. Environ 360 sociétés ont été reprises, du fabricant de pneus italien Pirelli & C. SpA à la société de leasing d'avions irlandaise Avolon Holdings Ltd, tandis que des entités chinoises détiennent également, en tout ou en partie, au moins quatre aéroports, six ports maritimes, des parcs éoliens dans au moins neuf pays et 13 équipes de football professionnel.

Pourquoi nous l'aimons

Ce travail exhaustif des journalistes André Tartar, Mira Rojanasakul et Jeremy Scott Diamond relie efficacement une analyse fondée sur des données à l'élaboration des politiques au niveau européen. La pénétration des capitales chinoises a en effet soulevé un drapeau rouge au niveau de l'Union européenne : alors que l'Allemagne, la France et l'Italie font pression en faveur d'un mécanisme de filtrage des investissements à l'échelle de l'UE, les gouvernements de la Grèce, du Portugal et de Chypre.

lundi 23 avril 2018

Source/s:

OBC Transeuropa
share subcribe newsletter