Santé dans les prisons

Selon l’OMS, près de six millions de personnes seraient incarcérées chaque année sur le territoire européen.

La prévalence des maladies chez les prisonniers est beaucoup plus élevée chez les prisonniers que dans la population générale. Dans un contexte de manque d’informations sur la question, le bureau régional de l’OMS pour l’Europe a mis en place une base de données européenne sur la santé dans les prisons (HIPED). Un registre mis au point en collaboration avec le Centre collaborateur britannique du programme de santé dans les prisons de l’OMS (HIPP).

Les données ont été recueillies au moyen de questionnaires nationaux sur l’ensemble des données de santé publique pour les prisons, dans les différents pays européens sur l’année 2016/2017. Un outil pour aider les Etats membres à identifier les domaines dans lesquels des efforts sont à prévoir.

Organisée en sept domaines principaux, elle compte des statistiques sur la population carcérale, sur la mortalité des détenus, le système de soins de santé en prison, l’environnement carcéral, le dépistage des maladies ainsi que la prévention et le traitement des maladies transmissibles et non-transmissibles.